Arthur Morel - trapèze - 2018

trapèze
France
Arthur Morel - trapèze - 2018

« Pour comprendre l’apport des gens du voyage dans les domaines du ballet, du cirque, du mélodrame, et de la pantomime, il est nécessaire d’insister sur l’entraînement très spécial à la danse et à la mimique imposé aux jeunes acrobates dès leurs premiers sauts et premières culbutes... » écrivait Maria Hannah Winter dans l’Histoire des Spectacles publiée aux Editions de la Pléiade. Même s’il n’appartient pas à une famille foraine, Arthur Morel en est une parfaite illustration. Maurice Béjart, qui aimait tellement le cirque qu’il le choisit comme décor pour une version de Casse-noisette, aurait apprécié la manière dont ce jeune artiste sait danser littéralement autour de la barre de son trapèze en risquant -pieds nus- des lâchers extravagants et en pliant son corps à des postures inédites. Arthur Morel a eu 24 ans le 7 novembre dernier. Ses parents étaient dans le monde du spectacle où son père était créateur de costumes et sa mère actrice et metteur en scène. Il a découvert le trapèze à l’École Nationale du Cirque de Châtellerault avant d’aller se perfectionner à l’École Nationale du Cirque de Montréal. Il s’est produit au Cirque du Soleil, au Cirque Eloïze et dans plusieurs événements. Cendres, le numéro qu’il présente ce soir, est une quête : « Dans mon histoire -dit-il- il y a une chanson profonde et secrète, qui demande à voir éclore une existence. Je suis l’été, la chaleur, la tempête... ». 
    Et surtout une émouvante création où l’athlète s’efface devant l’artiste ! 
 

Photos du numéro